Les Amis de Saint François de Sales et de Notre Dame de Fatima
  Site d'information catholique : audiogrammes, livres, bulletins


Don Luigi Sturzo

O.R. 4.5.2002. Vendredi 3 mai 2002 s’est ouvert, auprès du Tribunal diocésain du Vicariat de Rome, la Session du Procès de Béatification du Serviteur de Dieu don Luigi Sturzo, (1871–1959), prêtre diocésain. Nous donnons quelques extraits de l’intervention du Card. Camillo Ruini à la Session d’ouverture du Procès de Béatification et de Canonisation du serviteur de Dieu, don Luigi Sturzo, prêtre diocésain. « On a beaucoup parlé de don Sturzo, et on en parle encore, comme écrivain, philosophe, sociologue, mais surtout comme politicien et ce dernier attribut est toujours dominant, malgré son sacerdoce… C’est justement parce qu’il était prêtre, qu’il a jugé devoir exercer son ministère sacerdotal dans un domaine auquel on ne pense pas ordinairement, mais non moins important pour autant, c’est-à-dire dans le domaine de la politique, pour la ramener à sa fin ultime naturelle de charité, de service… il lui revient donc le titre d’apôtre de la politique entendue justement comme charité et action apostolique et de cet apostolat, pourtant difficile, il y a un véritable besoin, et Notre-Seigneur lui a fait clairement comprendre son appel. Né à Caltagirone (Catane) le 26 novembre 1871, d’une famille très pieuse dont le père fut anobli du titre de baron. Ordonné prêtre le 19 mai 1894 il continue d’enseigner dans son propre séminaire où il avait déjà commencé d’enseigner une année avant son ordination. Il exerça son ministère sacerdotal aussi auprès des jeunes et comme confesseur auprès de quelques communautés religieuses féminines. Il sera ensuite élu conseiller provencial… Il arrive à Rome… Le Seigneur lui a fait comprendre que le domaine de son ministère devait être tout autre. Le voilà donc quittant toutes ses activités pour se vouer tout entier, pendant 21 ans… à faire mettre en application dans la société la doctrine sociale et économique de l’Église, d’après l’Encyclique “Rerum novarum” de Léon XIII… Il se tourna, en premier lieu, vers les activités sociales et administratives de sa ville, Caltagirone, puis avec la dispense explicite du saint pape Pie X, qu’il avait lui-même sollicitée, le voilà vice-syndic pendant 15 ans. Il fut membre du Conseil provincial de Catane. Il fit preuve d’une grande compétence juridique, institutionnelle et économique… Il écrivit de lui-même à la fin de sa vie “A regarder un passé qui ne revient pas, je puis dire que j’ai servi avec droiture et ardeur une cause qui n’est pas indigne d’un prêtre”. »





Dans cette rubrique
vous trouverez :