Les Amis de Saint François de Sales et de Notre Dame de Fatima
  Site d'information catholique : audiogrammes, livres, bulletins


Situation apocalyptique à Damas

Situation apocalyptique à Damas, témoigne Mgr Samir Nassar Larchevêque maronite raconte le « calvaire » des populations syriennes ROME, lundi 23 juillet 2012 (ZENIT.org) – Pour l’archevêque maronite de Damas, en Syrie, Mgr Samir Nassar, « à Damas c’est l’apocalypse » et il espère « de tout cœur, de toute son âme et de toutes ses forces » que la résurrection arrivera bientôt », lit-on dans le message dramatique publié par l’agence vaticane Fides, le 20 juillet (cf. http://www.fides.org). « La destruction est énorme » raconte l’archevêque, qui parle d’un « véritable calvaire » vécu par la population de la capitale, où depuis mardi dernier, les combats à armes lourdes, chars et hélicoptères, font rage. « Les affrontements se déroulent dans les rues et passent d’un quartier à l’autre. Impossible de dormir avec la peur et au son des bombes et des tirs de canons. Les températures dépassent les 40° C et les coupures de courant sont fréquentes. », poursuit Mgr Nassar en décrivant une situation humanitaire de plus en plus précaire et insoutenable. « Nous sommes à court de pain, de légumes, de vivres, de gaz domestique et de fuel pour les boulangeries » … « la population est terrorisée, ne sait plus où aller se réfugier. » … « Les routes de Jordanie, d’Irak et du nord vers Homs-Alep sont fermée », écrit Mgr Nassar, et « l’exode vers le Liban, sous la forme d’une colonne interminable, se fait dans une panique générale ». Alors que Damas avait été jusque-là épargnée par la violence qui lacérait les autres villes de Syrie, « à notre tour de souffrir et de mourir », poursuit-il. …« Le peu de fidèles qui ont osé venir chercher du courage à la Messe ont brûlé beaucoup de cierges devant la tombe des Bienheureux Martyrs de Damas. Ils ont échangé des adieux et des larmes avant de rentrer en courant chez eux au son des tirs et des explosions », témoigne-t-il. Les chrétiens se mobilisent pour les évacués de Damas 200.000 personnes fuient les affrontements ROME, lundi 23 juillet 2012 (ZENIT.org) – Les communautés chrétiennes, spécialement les jeunes chrétiens, se mobilisent pour les évacués de Damas … Selon Fides, la population syrienne est « terrorisée » et quelque 200.000 civils, victimes des affrontements entre l’armée régulière et les groupes révolutionnaires, se sont déplacés dans Damas pour fuir les combats. En outre, toujours selon Fides, des groupes islamistes radicaux se trouvant dans les rangs des troupes de l’opposition sèment la terreur parmi les civils à Damas : les victimes sont les « loyalistes », fidèles au régime de Bashar al Assad, mais également les chrétiens du faubourg de Bab Touma et des réfugiés irakiens qui occupaient les faubourgs d’Oujaira et de Sada Zanaim. Les militants du groupe Liwa al-Islam – d’idéologie wahhabite – ont notamment massacré une famille chrétienne entière, tandis que des combattants islamistes du groupe Jehad al nosra – proche des Frères Musulmans – ont attaqué les maisons de réfugiés irakiens, les saccageant, les incendiant, dans le sud-est de Damas. Les groupes révolutionnaires prennent actuellement position dans des quartiers, des édifices, des habitations civiles, leurs occupants se retrouvant ainsi pris entre deux feux, précise la même source. Pour Fides, au milieu de ces combats meurtriers, « les quartiers à majorité chrétienne de Jaramana, Qassaa et Bab Touma sont devenus des oasis d’accueil et de solidarité », accueillant les personnes évacuées sans « aucune distinction d’ethnie, de communauté ou de religion ». Les jeunes chrétiens surtout revêtent un rôle très actif : ils « coordonnent l’accueil des nouveaux évacués, les dirigeant vers des places disponibles dans des écoles, des églises, des mosquées ou des édifices publics ». Ils fournissent également des « services publics de base », telle la collecte des ordures ménagères qui s’accumulent dans la ville paralysée, représentant un « grave danger pour la santé publique », la température avoisinant les 42°C, précise l’agence vaticane. Les représentants des Comités locaux du mouvement interreligieux Mussalaha, qui promeut non-violence et réconciliation, travaillent également avec les jeunes chrétiens. Par ailleurs, indique Fides, les premières aides humanitaires arrivent grâce à un réseau d’organisations chrétiennes telles que la Caritas Syrie, le Middle East Council of Churches, le Patriarche grec-orthodoxe et la Communauté de San Egidio. Selon la même source, des milliers d’évacués qui, au cours de ces derniers mois, avaient trouvé refuge à Damas en provenance d’autres zones de la Syrie, rebroussent chemin. Ils se répandent dans la province de Damas en direction de Qara, de Deir attieh, d’Yabrud et de Nebek alors que d’autres fuient en direction du centre de la Syrie ou vers le nord, jusque dans la zone industrielle d’Hissia.





Dans cette rubrique
vous trouverez :